Comprendre le développement de l’enfant n’est pas une tâche facile, c’est pourquoi de nombreux psychologues pour enfant et coachs proposent des services de suivi psychologique et émotionnel. En réalité, ce processus a pour but d’analyser la situation familiale pour comprendre les obstacles que rencontre l’enfant et trouver des solutions appropriées pour y remédier. Si vous souhaitez approfondir le sujet, voici quelques éléments qui pourraient vous aider.

Comment se passe le développement affectif de l’enfant ?

Ceci est lié aux émotions. Par conséquent, le développement émotionnel d’un enfant fait référence à ses émotions, ses sentiments et tout ce qui concerne sa santé émotionnelle, et comprend donc également son développement psychoaffectif.

Dans son développement émotionnel, il s’agit de besoins personnels et de la façon dont il exprime ces besoins en tant qu’individu unique.

Toutes les professionnelles en soins à l’enfance s’entendent pour dire que pour grandir en santé, elles doivent avant tout se sentir en sécurité. C’est pourquoi il est si important de construire des liens émotionnels forts dès le début. Ce genre d’amour constituera une base solide qui lui permettra de passer par différentes étapes de développement affectif : le plus important est d’être conscient de lui-même.

En se sentant aimé et donc important, il prend confiance en lui et se sent capable de passer les étapes de sa croissance avec succès : apprendre à marcher, apprendre à aller aux toilettes, entrer à l’école. Tout cela lui permet de gagner en autonomie. Pour plus d’information, rendez-vous sur la-psychologie.net.

Développement émotionnel dans les premiers mois : principaux besoins et théorie de l’attachement

Le développement émotionnel des nouveau-nés et des nourrissons est étroitement lié à leurs principaux besoins : manger, dormir et être câliné. Plus l’un des plus grands besoins émotionnels : la sécurité émotionnelle. La naissance est un changement important pour lui : il doit maintenant apprendre à vivre hors du ventre de sa mère. Cette séparation physique sera comblée dans le processus d’établissement de liens affectifs, lui permettant de grandir avec lui-même et les autres. C’est ce que les érudits appellent la « théorie de l’attachement ».

Comment favoriser le développement affectif de bébé dans les premiers mois ? Avoir des habitudes et des gestes simples, notamment :

  • Peau à peau
  • Câlins, gestes doux et bisous
  • Allaitement
  • Dormir ensemble pour assurer le temps de sommeil

Les 3 premières années : développement affectif et social

Ses sens se développent et participent à son éveil. Avec l’émergence et l’apparition du concept de profondeur (proche/loin), il entre en relation avec le monde. Son développement affectif de 0 à 3 ans va prendre une autre dimension et s’étendre à l’ensemble de son environnement. Son développement affectif est basé sur les relations avec les autres et reste en phase avec le développement psychoaffectif : sur les hanches, à quatre pattes, puis debout, il bouge et explore le monde dans lequel il évolue. Aller au parc pour des sorties, des réunions de famille et entrer dans la communauté (assistante maternelle ou garderie) lui permet de rencontrer d’autres enfants et de s’épanouir sans l’attention de ses parents.

Pour oser aller plus loin avec vous et développer son intelligence, il a besoin de se sentir en confiance et a besoin de votre approbation pour expérimenter librement. La sécurité de votre bébé à la maison est primordiale : pensez à sécuriser les endroits dangereux pour éviter les accidents familiaux. 

Son développement affectif passera également par cette étape d’affirmation de soi et d’établissement de son identité : il crie, se met en colère et renforce la compréhension de ses désirs et de ses émotions.

C’est aussi la période où il a commencé à contacter les autres. Il a de plus en plus besoin d’être en contact avec les autres, et pendant ce temps, il découvre le sexe opposé (différence fille/garçon). En grandissant, il découvre des notions familières (liées à la sécurité) et des notions d’étrangers (nouveaux amis, peur de l’inconnu, douleur…) : son humeur fluctue avec curiosité, envie de découvrir, timidité et douleur… séparation.

D’autres sentiments suivent également : la fierté (manger seul, s’habiller seul, se promener), la honte, la fureur (rejeter la première règle, « non » et rechercher les restrictions parentales) et la peur (peur des ténèbres) et Histoire de la peur).

Cette période de contradiction implique souvent des troubles du sommeil, comme des terreurs nocturnes, mais ils sont normaux, de courte durée et font partie de son développement émotionnel.